L'article a été ajouté au panier

WC diaries

SÖLDEN, a new beginning:
every single year

La vallée de Ötz était destinée dès 1991 à entrer dans la légende. Plus précisément, le 19 septembre, lorsque les époux allemands Erica et Helmut Simon, lors d'une excursion, ont trouvé une momie de l'âge du cuivre à la frontière italo-autrichienne.
Son corps, conservé dans la glace de Similaun pendant plus de 5 000 ans, est connu sous le nom d'« Ötzi ». Ce surnom attachant lui a été donné par un historien autrichien qui a localisé le site de découverte exactement dans l'Ötzal. Après une inspection et un contrôle minutieux, il a été décidé que la zone de conservation appartenait à l'Italie ; cependant le nom de l'homme préhistorique serait toujours lié à la vallée du Tyrol.

Il existe également d'autres événements, d'une portée scientifique décidément moins pertinente, qui placent Öztal et, en particulier, la ville de Sölden au centre de l'attention de milliers de fans. C'est un groupe important de skieurs qui, désormais presque sans interruption, se retrouvent au Tyrol depuis la fin des années 90 pour célébrer le rite de l'ouverture de la Coupe du monde.

At the beginning of the ski competitive season, it is celebrated just as an propitiatory recurring event: wishes of a new winter to live all in one breath, enjoying the winter sunshine, the freezing wind sharply hitting the face in days of bad weather and the incomparable feeling of skis gently touching the snow on imaginary lines towards infinite landscapes.

Avant la pandémie, à cette époque, Dorfstraße était transformée en une ville grouillante de vie. L'après-midi, les nombreuses boutiques spécialisées surplombant la route principale accueillaient les sportifs les plus plébiscités. Un long bain de foule entre les champions et leurs fans, les nombreux petits mais aussi des fans inoxydables, prêts à faire de longues files d'attente juste pour arracher une signature ou une photographie de leur idole. De longues séances d'autographes qui ont envahi tous les magasins et impliqué tous les athlètes, désireux de retrouver un contact humain avec le public après des mois passés à préparer cette nouvelle saison dans l’ombre.

Le retrait des dossards sonne la fin de la journée. Lorsque le soleil se couche, les athlètes prennent le chemin de leurs chambres pour un peu de repos, les fans, eux font le tour des restaurants pour déguster certaines des spécialités locales et se remettre des activités de la journée à base d'excellents houblons tyroliens.

Pendant les trois jours, les fêtes duraient de nombreuses heures jusqu'aux premiers rayons timides du soleil à l'aube.

Une euphorie contagieuse a éclaté sur la route principale de la ville. Cette saison, peut-être que la fête sera plus contenue, mais l'enthousiasme ne faiblira certainement pas. La présence du public, après l'édition muette de l'année dernière, redonne à Sölden une partie de son charme, qui se consomme en pleine ville.

Les matins de course sont électrisants et la longue caravane qui serpente jusqu’au glacier de Rettenbach en témoigne. Le slalom géant de Sölden est un incontournable du cirque blanc qui célèbre le retour à la course dans l'une des seules étapes du circuit où hommes et femmes s'affrontent le même week-end.

Samedi, c'est au tour de la course féminine, et pour notre Andreja Slokar ce sera les débuts sur le glacier tyrolien: “Je suis excitée et nerveuse à la fois”. Une piste unique en son genre, qui alterne une partie raide très dure avec des sections plates très compliquées à interpréter. La bosse qui projette les athlètes sur la partie la plus difficile s’ouvre sur une quinzaine de portes dans le mur final. Les muscles frémissent sous l'effort et les carres brûlent coincées dans la glace de ce qui est, pour le circuit féminin, certainement la piste la plus complexe à gérer de toute la Coupe du Monde de Slalom.

L'arrivée s'ouvre sur le long plateau qui a souvent fait la différence sur le temps final de la course. Arriver avec une bonne direction et une bonne avance est essentiel pour enregistrer le feu vert et lever les bras vers le public.

Sölden est déjà complètement recouvert de neige. La vue sur la ville du Tyrol montre des pics peints dans les couleurs chaudes de l'automne et un cliché instantané qui semble rester intact pendant au moins huit mois chaque année.

Même si pour Andreja ce sera la première fois, pour Alex Vinatzer, c'est une toute autre histoire. Après avoir partagé la joie douce-amère d'une quatrième place en Slalom l'année dernière à Cortina, nos deux talentueux athlètes affronteront pour la première fois l'unicité de Rettenbach.

Après quelques années a se perfectionner parmi les poteaux articulés, Alex retrouvera le plaisir de carver dans des portes plus larges et l’invitation à rejoindre l'équipe italienne dans le premier slalom géant annuel sera sans aucun doute la meilleure occasion de tester sa condition. “Je me sens bien dans le GS et suis impatient de commencer cette nouvelle saison. Je me sens confiant. » tels sont les mots d’Alex, qui a une vision claire de sa situation: “je vais avoir un numéro de dossard élevé, mais tout est possible avec un bon premier run.”

Le meilleur souvenir à ramener avec soi en ville est le sentiment d’une saison qui approche à grands pas, prête à nous accueillir avec tout l'enthousiasme de ce qui ressemble à des retrouvailles. Un hiver tant attendu, le moment où nous pourrons enfin nous retrouver avec nos plus grandes passions et glisser à toute allure dans les bruits de la neige.

Become a Nordican
and connect with us