L'article a été ajouté au panier

RACE STORY

Andreja Slokar
enjoying the ride

PENDANT LES DEUX JOURS QUI ONT PRÉCÉDÉ SA PREMIÈRE COUPE DU MONDE DE LA SAISON DERNIÈRE À SEMMERING, EN AUTRICHE, ANDREJA SLOKAR ÉTAIT TRÈS NERVEUSE ET SE DEMANDAIT "ET SI ?". ET SI JE N'ÉTAIS PAS ASSEZ BONNE ?

Jusque-là, la Slovène de 23 ans n'avait jamais marqué de point en Coupe du monde, malgré les promesses précoces qui lui ont valu des participations aux championnats du monde juniors en 2017 et 2018. Au lieu de cela, elle avait lutté contre diverses blessures et, lorsqu'elle était en bonne santé, avait développé un style agressif qui la rendait très rapide dans les sections, mais qui conduisait aussi à d'énormes erreurs.

Ce jour-là, portant le dossard 65, Slokar a fait une si grosse erreur sur le haut du parcours qu'elle est arrivée à l'arrivée dépitée et en colère, pensant avoir gâché une autre précieuse chance en Coupe du monde. Ce n'est que lorsqu'un concurrent s'est approché pour la féliciter qu'elle a osé regarder le tableau et a vu qu'elle était en 16e position. "C'était un tel soulagement", se souvient Slokar.

PLUTÔT IMPRESSIONNANT POUR UN ATHLÈTE QUI AVAIT ENVISAGÉ D'ABANDONNER UN AN PLUS TÔT. "C'ÉTAIT UNE ANNÉE FOLLE", DIT SLOKAR, QUI A DU MAL À DÉCRIRE CELLE-CI, ET SE CONTENTE DE DIRE : "CE FUT DES MONTAGNES RUSSES !"

Pour la deuxième course, son entraîneur lui a conseillé de "foncer". Elle le fit, et tomba, mais déjà quelque chose dans son esprit avait changé. Elle savait qu'elle avait la vitesse pour une Coupe du monde. Quelques semaines plus tard, lors du slalom de Flachau, elle s'est appuyée sur cette confiance pour marquer ses premiers points en Coupe du monde, avec une 23e place. Slokar a poursuivi sur cette lancée avec une 19e place en GS quelques jours plus tard. À l'approche des championnats du monde de Cortina, la coureuse slovène méconnue, après avoir marqué des points dans un seul slalom, a ressenti une nouvelle pression. Déjà, la presse l'appelait la meilleure slovène en slalom. Alors qu'elle s'échauffait pour la première manche du slalom de Cortina, cette pression était si forte qu'elle avait l'impression de ne pas pouvoir respirer.

Plutôt que de paniquer ou de douter d'elle-même, elle s'est appuyée sur le travail approfondi qu'elle avait effectué avec son psychologue sportif et sur l'effet stabilisateur de l'équipe qu'elle avait constituée autour d'elle. "Ils m'aident à garder la tête froide et à regarder vers l'avant", dit Slokar.

À la fin de cette journée, la skieuse de l'équipe B de Slovénie a terminé cinquième du championnat du monde de slalom, s'imposant fermement parmi l'élite du ski. Elle a ensuite obtenu six autres top 20 au cours de la saison de la Coupe du monde, dont trois top 10, un en slalom, un en GS et un en parallèle. De plus, elle a remporté la Coupe d'Europe en slalom et s'est classée deuxième au classement général de la Coupe d'Europe.

Lire l'histoire
Become a Nordican
and connect with us