INFOLETTRE ENREGISTREMENT DU PRODUIT CONTACT
Silvia Moser

Profil d’ambassadeur Nordica : Silvia Moser

Sensation du Freeride World Tour (FWT) et anticonformiste avouée, Silvia Moser est devenue récemment la plus jeune ambassadrice de Nordica. Nous avons vite compris que cette jeune femme était aussi très déterminée et très motivée.

 

 

 


 

Véritable enfant des Dolomites, Silvia a grandi dans une famille de skieurs et appris à skier dès qu’elle a su marcher. « Pendant mon enfance, j’ai toujours été assez active, raconte-t-elle.  Grâce à mes parents et au ski, je suis si habituée à être à l’extérieur que c’est devenu essentiel à mon bien-être. »

Silvia est férocement indépendante : « Je n’ai jamais eu de vrais héros dans ma jeunesse. Je n’ai jamais prêté attention à ce que les autres faisaient. J’admire certaines personnes pour ce qu’elles font, mais je ne dirais pas que j’admire une personne en particulier. »

À un très jeune âge, Silvia était comme un poisson dans l’eau sur les pistes. « J’aime ce que je ressens lorsque j’ai mes skis aux pieds, dit-elle. Ils me procurent un sentiment de liberté et de sécurité que j’ai du mal à retrouver ailleurs. J’aime la vie que je fais grâce à eux, le fait qu’ils me permettent de profiter de la montagne et de visiter tous ces endroits dans mes voyages. »

Silvia a fait de la course à ski jusqu’à 16 ans, avant qu’une blessure au genou ne la freine. D’un autre côté, elle commençait à sentir que la course prenait peut-être un peu trop de place. « J’avais besoin d’espace pour être moi-même et étudier », confie-t-elle.

Pendant ses études, Silvia a pris une courte pause pour devenir monitrice de ski. Avec le recul, elle est d’avis que c’est grâce à son passé de course et d’enseignement qu’elle a immédiatement connu du succès sur le Freeride World Tour. « Mon expérience en ski alpin de compétition a fait de moi une bonne freeskieuse. En exerçant toutes les disciplines (slalom, slalom géant, super-G et descente), j’ai acquis la capacité de skier sur tous les terrains et dans toutes les conditions. » 

 

Interrogée sur sa destination de ski préférée entre toutes, Silvia n’hésite pas une seconde. « Vous allez croire que c’est parce que j’habite là, mais les Dolomites (en Italie) sont vraiment le plus bel endroit pour skier. » En plus des conditions de ski qui sont excellentes, le paysage est extraordinaire. »

 

Silvia vante aussi les vertus de la formation de moniteur le ski. « Je crois que je suis devenue encore meilleure en apprenant à enseigner, explique-t-elle, parce que j’ai vraiment découvert comment et pourquoi je faisais telle ou telle chose avec mes skis. »

Visiblement, Silvia a bien fait ses devoirs. À sa première année de qualification sur le Freeride World Tour, elle a été nommée freerideuse de l’année aux Italian Freeride Awards. L’année suivante, elle a atteint le deuxième rang au classement général féminin du championnat du monde après avoir terminé première à Haines (Alaska), 2e au Verbier Extreme, 3e à Chamonix-Mont Blanc et 5e à Vallnord Arcalis (Andorre) et à Fieberbrunn (Autriche). En ce moment, Silvia occupe le 11e rang du FWT.

Invitée à faire la comparaison entre la compétition de freeride et la compétition de ski alpin, Silvia pèse soigneusement ses mots. « Il y a des différences sur certains points, répond-elle. Mais il y a aussi de grandes similarités, parce qu’il s’agit quand même de compétition et parfois on se croirait dans un immense spectacle où les athlètes s’affrontent pour remporter un titre. Cet aspect, ajoute-t-elle, masque la vraie nature du sport... c’est-à-dire être libre dans les montagnes. »

Cela dit, la passion de Silvia pour la compétition de freeride compense largement les désagréments. « La compétition de freeride m’a permis de comprendre jusqu’où je peux me rendre et quelles sont mes limites. Elle me permet de voyager, de skier sur de nouvelles montagnes et de rencontrer des gens qui partagent ma passion. »

Lorsqu’on lui demande quelle est la différence entre hommes et femmes dans l’univers du freeride moderne, Silvia n’y va pas par quatre chemins. « Si l’on regarde le côté “spectaculaire”, alors oui, les hommes sont capables de pousser le sport et les sauts à un niveau que nous (les filles) ne pouvons simplement pas atteindre physiquement. Mais sur le plan du style, je crois qu’il y a des filles qui peuvent skier beaucoup mieux que n’importe quel homme. »

Lecteurs masculins, avant de monter sur vos grands chevaux, sachez que pendant l’année d’essai où elle s’est qualifiée pour le FWT, Silvia enseignait le ski à plein temps tout en étudiant à l’université de Padova. En cela, elle applique en toutes lettres sa devise personnelle : « Humilité et travail acharné pour mériter la vie que j’aime. »

 

 

 

 

 

 

« Je suis une personne qui sait ce qu’elle veut; j’aime travailler et atteindre mes buts. »

 

— Silvia Moser, athlète de freeride et ambassadrice Nordica 

 

 

 

Dave Fonda
View Also
"Become a Nordican and connect with us"
abonner à la newsletter