INFOLETTRE ENREGISTREMENT DU PRODUIT CONTACT
histoire

ATHLÈTE NORDICA : SIERRA QUITIQUIT

Libre d’esprit, les deux pieds sur terre.

 

SIERRA QUITIQUIT EST UNE SUPERBE BLONDE AUX YEUX BLEUS ORIGINAIRE DE PARK CITY (UTAH) ET DE DESCENDANCE PHILIPPINE. ELLE EST À LA FOIS FREESKIEUSE, MANNEQUIN, MAÎTRE DE YOGA, SURFEUSE ET NARRATRICE VISUELLE EN ÉMERGENCE. VOUS L’AVEZ REMARQUÉE DANS TICKET TO RIDE DE WARREN MILLER, DANS VALHALLA DE SWEETGRASS PRODUCTIONS ET DANS WINTER DREAMS DE LIEBER FILMS. ELLE EST AUSSI APPARUE DANS LES MAGAZINES SKIING, POWDER, SKI, SKI JOURNAL ET GQ. ELLE A ÉGALEMENT ÉTÉ LE VISAGE DE LA MARQUE AMERICAN EAGLE. ET CE N’EST QU’UN DÉBUT.

D’UNE SIMPLICITÉ RAFRAÎCHISSANTE TOUT EN ÉTANT TRÈS INDÉPENDANTE D’ESPRIT, SIERRA ARRIVE À FAIRE CE QUE PERSONNE N’A OSÉ DEPUIS LES ANNÉES GLORIEUSES DE STEIN ERICKSEN ET SUZY CHAFFEE (VOS PARENTS LES CONNAISSENT) : REMETTRE AU GOÛT DU JOUR UN SKI AMUSANT, BEAU ET SEXY. ON NE PEUT QUE LA REMERCIER. 

 

Des origines modestes

Sierra vient d’une famille de skieurs nomades. Dès l’âge de deux ans, elle suivait la neige avec ses parents et ses trois frères dans un autobus scolaire aménagé. « Pour être unique, ça l’était, raconte-t-elle. Le ski, c’était tout pour nous. Nous étions toujours à nous entraîner, à suivre les courses ou à penser au ski. C’était notre mode de vie. Nous sommes devenus de vrais passionnés. »

Le père de Sierra a obtenu son accréditation et entraînait « l’équipe Quitiquit ». Sierra a participé aux Jeux olympiques de la jeunesse, mais sa carrière en compétition s’est terminée par une malheureuse collision avec un canon à neige qui lui a fracassé le fémur, le bras et quelques côtes. Philosophe, elle relativise : « La course à ski m’a donné d’excellentes bases techniques. »

À dix-huit ans, Sierra a tourné le dos à l’éducation supérieure traditionnelle pour aller étudier la massothérapie au Costa Rica. « Là-bas, j’ai eu le coup de foudre pour le surf, raconte-t-elle. L’océan est tellement serein. C’était une sensation extraordinaire de communiquer et jouer avec la nature. Un jour, j’aimerais ouvrir une école de surf au Nicaragua. »

Lorsqu’on lui demande pourquoi elle n’est pas passée à la planche à neige, elle rit. « J’ai essayé une fois... à quatorze ans. Mais je n’en ai jamais assez de skier. »

 

Garder l’équilibre

Avec autant de champs d’intérêt, lorsqu’elle est appelée à se définir en tant que personne, elle répond qu’elle est « d’abord et avant tout un être humain. Le ski est ma passion. Je n’ai pas grandi dans l’abondance. J’ai appris à travailler fort, à saisir les occasions qui se présentent et à être reconnaissante. »

Comment arrive-t-elle à garder l’équilibre et la tête froide à travers tout cela? « Je suis une fanatique de la santé, obsédée par la nutrition et le yoga, confie-t-elle en riant. Mon mode de vie sain me permet de tenir le rythme. Je suis aussi fascinée par le yoga et son mélange de spiritualité et de matérialité. »

En marge de ses carrières de mannequin et de skieuse, Sierra s’adonne depuis peu à la réalisation de films, ou ce qu’elle appelle la « production de contenu ». « J’ai produit et coréalisé une plateforme Web qui raconte mon histoire. J’adore la narration visuelle. Il est important de continuer d’évoluer, de toujours avancer vers quelque chose de nouveau. »

 

Relever le défi

« Le mannequinat est très exigeant physiquement, souligne-t-elle. On se réveille à 3 heures du matin, on passe directement au maquillage, ensuite on tient une pose de yoga pendant une heure. Les tournages de films de ski sont tout aussi difficiles. Oui, on voyage autour du monde, mais on se lève aux premières lueurs de l’aube et on grimpe des milliers de mètres chaque jour pour obtenir la prise parfaite. Heureusement, j’aime la combinaison des deux. »

Quel est son conseil à ceux qui débutent dans le métier? « Posez des questions, déclare-t-elle. Entourez-vous de gens plus brillants et plus talentueux que vous. Investissez-vous pleinement dans tout ce que vous faites, en particulier les boulots ingrats. Si vous êtes dévoué envers ce que vous faites et que vous le demeurez, alors tout ira bien. »

Selon Sierra, sa plus grande réussite est d’être heureuse. « Être heureux, c’est être riche. »

 

Et la suite?

« J’aimerais approfondir ma pratique du yoga et me lancer dans le coaching en santé et en bien-être, pour développer des outils qui me serviront à transmettre ma passion. »

Sierra travaille aussi à la création d’une série télévisée intitulée « Connected », qui fait le lien entre ses aventures sportives et différentes communautés dans le monde. Elle vise à sensibiliser le public à des enjeux comme les droits des femmes et l’environnement.

Elle produit aussi la série « High Vibes », qu’elle décrit comme « une websérie sans prétention qui invite les abonnés derrière la caméra, à me suivre dans ma vie, mon travail et mes passions. »

 

Pourquoi Nordica

Depuis cette année, Sierra fait partie des athlètes Nordica. « Mon entente (avec une autre marque) avait pris fin et je testais les skis de différents fabricants, explique-t-elle. Le Santa Ana de 178 cm m’a simplement soufflée. Enfin, quelqu’un avait construit un modèle pour les skieuses fortes et agressives qui peuvent vraiment repousser les limites! J’utilise le 110 mm (sous le patin) dans la poudreuse et le 100 mm au quotidien. J’adore aussi le Astral 88. Il est léger et super amusant partout. La nouvelle Strider 130 Pro est la botte parfaite. Et ce n’est pas rien, parce que mes skis sont monstrueusement difficiles à chausser. »

 

 

 

« Si vous êtes dévoué envers ce que vous faites et que vous le demeurez, alors tout ira bien. »

 

 

 

 

« Le ski, c’était tout pour nous. Nous étions toujours à nous entraîner, à suivre les courses ou à penser au ski. C’était notre mode de vie. Nous sommes devenus de vrais passionnés. »

 

 

 

 

 

Suiviez Sierra Quitiquit sur sierraquitiquit.com.

Dave Fonda
View Also
"Become a Nordican and connect with us"
abonner à la newsletter